El contenido de esta página requiere una versión más reciente de Adobe Flash Player.

Obtener Adobe Flash Player

 
Retour au menu : Sur le Karma

Qu'est-ce que le Karma ?

 
  Qu'est-ce que le Karma ?
  Qu'est-ce que le Dharma ?
  Peut-on  négocier
le Karma ?
  Comment puis-je payer
mon Karma ?
  Qu'est-ce qu'un sacrifice conscient ?
  Quelle intelligence y a-t-il derrière tout cela ?
  Qui est Maat ?
  Le pardon des péchés
existe-t-il ?
 

Samael Aun Weor - Qu'est-ce que le Karma ?

Mes amis, il existe une loi qui s’appelle le Karma. Il n’est pas superflu d’affirmer que ce mot, d’origine sanscrite, signifie en soi-même Loi d’Action et de Conséquence. Évidemment, « il n’y a pas de cause sans effet, ni d’effet sans cause ».

La Loi de la Balance, la terrible Loi du Karma gouverne tout le créé. Toute cause se convertit en effet et tout effet se transforme en cause. Vous devez comprendre ce qu’est la loi de la compensation.

Tout ce qu’on fait, il faut le payer puisqu’il n’existe pas de cause

sans effet, ni d’effet sans cause.

On nous a donné la liberté, un libre arbitre qui nous permet de faire ce que nous voulons, mais il est clair que nous devons répondre devant Dieu de tous nos actes. N’importe quel acte de notre vie, bon ou mauvais, a ses conséquences. La Loi d’Action et de Conséquence gouverne le cours de nos diverses existences et chaque vie est le résultat de la précédente.

Comprendre intégralement les bases et le modus operandide la Loi du Karma est indispensable pour orienter le navire de notre vie de manière positive et édifiante, à travers les diverses échelles de la vie.

Le Karma est une loi de compensation, non de vengeance. Certains confondent cette loi cosmique avec le déterminisme et même avec le fatalisme, en croyant que tout ce qui arrive à l’homme dans la vie est inexorablement déterminé d’avance.

Il est vrai que les actes de l’homme sont déterminés par l’hérédité, l’éducation et le milieu ambiant. Mais il est vrai aussi que l’homme a le libre arbitre et qu’il peut modifier ses actes : éduquer son caractère, former des habitudes supérieures, combattre ses faiblesses, renforcer ses vertus, etc.

« Le Karma est une médecine qu’on nous applique pour notre propre bien » ; malheureusement, les gens, au lieu de s’incliner avec révérence devant l’éternel Dieu vivant, protestent, blasphèment, se justifient eux-mêmes, se disculpent sottement et se lavent les mains comme Pilate.

Face à ces protestations, le Karma ne peut se modifier ; au contraire, il devient plus dur et plus sévère.

Si dans notre existence passée, nous avons tué, maintenant, on nous tue ; si nous avons blessé, à présent on nous blesse ; si nous avons volé, à présent on nous vole, et « nous serons mesurés avec la règle qui nous sert à mesurer les autres.»

Nous réclamons la fidélité du conjoint quand nous-mêmes avons été adultères dans cette vie ou dans des vies précédentes. Nous demandons de l’amour quand nous avons été impitoyables et cruels.

Nous demandons de la compréhension quand nous n’avons jamais su comprendre personne, quand nous n’avons jamais appris à voir le point de vue d’autrui.

Nous désirons des joies immenses quand nous avons toujours été à l’origine de nombreux malheurs. Nous aurions voulu naître dans un très beau foyer, avec beaucoup de commodités, alors que nous n’avons pas su, dans des existences passées, offrir à nos enfants un foyer et de la beauté.

Nous protestons contre les insulteurs alors que nous avons toujours insulté tous ceux qui nous entouraient. Nous voulons que nos enfants nous obéissent alors que nous n’avons jamais su obéir à nos parents. La calomnie nous fait terriblement mal alors que nous avons toujours été des calomniateurs, remplissant le monde de douleurs.

Le commérage nous ennuie ; nous voulons que personne ne nous critique ; cependant, nous avons toujours fonctionné avec la critique et la médisance, en parlant mal du prochain, en mortifiant les autres dans leur vie. C’est-à-dire que nous réclamons toujours ce que nous n’avons pas donné ; dans toutes nos vies antérieures, nous avons été mauvais et nous méritons le pire, mais nous croyons qu’on doit nous donner le meilleur.

 
 

Retour en haut de page